Maradona: La main de Dieu a mis un génie du football sur terre



Le président français Emmanuel Macron l'a congédié par une lettre sincère : "Diego reste", a remarqué le dirigeant, qui a défini le dixième comme un génie inclassable qui a laissé derrière lui "des millions d'orphelins".


"La main de Dieu a mis un génie du football sur terre", commence la lettre préparée par la présidence française. La lettre décrit Maradona comme un "joueur somptueux et imprévisible", un "danseur à talons, pas vraiment un athlète, plutôt un artiste".

La lettre complète de Macron pour dire au revoir à Maradona
La main de Dieu avait placé un génie du football sur terre. Il venait de nous l'enlever, avec un dribble inattendu qui a trompé tous nos défenseurs. Voulait-il, par ce geste, régler le débat du siècle : Diego Maradona est-il le plus grand joueur de football de tous les temps ? Les larmes de millions d'orphelins lui répondent aujourd'hui par des témoignages douloureux.

Né dans un quartier pauvre de Buenos Aires, Diego Armando Maradona a fait rêver sa famille et ses voisins avec ses "vélos", qui ont laissé les meilleurs défenseurs européens crucifiés. Boca Juniors et sa mystique gonflée l'ont fait connaître au monde entier. Le Barcelone a reçu un joyau, croyant avoir enfin trouvé le successeur de Johan Cruyff pour dominer à nouveau le football européen.

Mais c'est à Naples que Diego devient Maradona. Dans le sud de l'Italie, l'enfant chéri a redécouvert la passion des stades sud-américains, la ferveur irrationnelle des supporters, et a mené Naples sur la voie du Scudetto, sur les hauteurs de l'Europe.

Joueur somptueux et imprévisible, le football de Maradona n'avait jamais été vu auparavant. Avec une inspiration toujours renouvelée, il invente sans cesse de nouveaux gestes et de nouvelles frappes. Danseur en bottes, il n'était pas un athlète mais un artiste, il incarnait la magie du jeu.

Mais il n'avait pas encore écrit l'histoire d'un pays marqué par la dictature et la défaite militaire. Cette résurrection a eu lieu en 1986, lors du match le plus géopolitique de l'histoire du football, les quarts de finale de la Coupe du monde contre l'Angleterre de Margaret Thatcher. Le 22 juin 1986, à Mexico, il a marqué son premier but avec Dieu comme partenaire. Ils voulaient contester le miracle, mais l'arbitre n'avait rien vu : l'attitude élargie de Maradona lui a valu ce point. Puis est venu "le but du siècle", qui a rassemblé les plus grands footballeurs : Garrincha, Kopa et Pelé, tous dans une même action. En seulement 50 mètres, avec une course étonnante, il a dépassé la moitié de l'équipe d'Angleterre et dribblé le gardien Shilton avant d'envoyer le ballon au fond des filets et d'envoyer les Albicelestes en quart de finale de la Coupe du monde. Dans le même match, Dieu et le diable, il a marqué les deux buts les plus célèbres de l'histoire du football. Il y avait un roi Pelé, maintenant il y a un Dieu Diego.

Avec cette même grâce, cette même belle insolence, il se faufile dans la finale marquée par le plus beau geste du football : la passe décisive, le but par le numéro 10. Lorsqu'il soulève le trophée, une légende naît : l'enfant prodige est devenu le meilleur joueur du monde. Et la Coupe du monde revient en Argentine : cette fois, c'est la coupe du peuple, pas celle des militaires.

Diego Maradona connaîtra également cette joie populaire dans d'autres domaines. Mais ses visites à Fidel Castro et Hugo Chávez auront le goût amer de la défaite ; c'est sur le terrain où Maradona a fait la révolution.

Le Président de la République salue le propriétaire incontesté du bal, tant aimé des Français. A tous ceux qui ont économisé leur argent de poche pour compléter l'album Panini de Mexico 86 avec sa petite figure, à tous ceux qui ont dû négocier avec sa femme pour baptiser leurs enfants avec Diego, à leurs compatriotes argentins, aux Napolitains qui ont dessiné des fresques dignes de Diego Rivera en son honneur, à tous les amoureux du football, le Président de la République adresse ses plus sincères condoléances. Diego reste.

Emmanuel Macron

Président de la France


│ │fr.Écrivain Politique: Revue d'Art Moderne & Littérature ISSN 2618-3978 - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner