Les pays africains demandent une enquête sur le racisme systématique

│fr.Écrivain Politique│Les pays africains demandent au Conseil des droits de l'homme des Nations unies d'enquêter sur le racisme systémique et la violence policière aux États-Unis et dans d'autres pays.


Les États africains ont présenté mardi un projet de résolution, dans lequel ils demandent au Conseil des droits de l'homme des Nations unies d'ouvrir une enquête sur les violations massives des droits de l'homme des personnes noires aux États-Unis et dans d'autres pays.

L'ONU tiendra un "débat d'urgence" sur le racisme et la violence policière contre les personnes d'origine africaine aux États-Unis et dans le monde entier mercredi et jeudi, à la demande des 54 pays membres du Groupe africain sur les droits de l'homme (AGHR).

Le projet de résolution, présenté par les États africains, condamne "les pratiques racistes, discriminatoires et violentes perpétrées par les forces de l'ordre à l'encontre des Africains et des personnes d'ascendance africaine, ainsi que le racisme structurel endémique dans le système judiciaire des États-Unis et d'autres parties du monde".

Le texte demande aux Nations unies d'établir une commission d'enquête internationale indépendante pour enquêter sur le racisme.

Selon le projet de résolution, la commission devrait enquêter sur "le racisme systémique, les violations présumées du droit international et les abus des droits de l'homme des Noirs aux États-Unis" et dans d'autres pays par les forces de l'ordre.

Le projet de résolution demande aux Nations unies de "traduire les responsables en justice" et exhorte le gouvernement américain, ainsi que d'autres pays, à "coopérer pleinement" avec la commission d'enquête internationale.

Les membres du Conseil des droits de l'homme des Nations unies voteront sur le projet de résolution après le débat d'urgence du Conseil sur la question du racisme.

Le frère de George Floyd devrait s'adresser au Conseil par vidéoconférence.

Floyd, un citoyen afro-américain de 46 ans, a été asphyxié à mort le 25 mai par un policier américain blanc qui l'a cloué au sol et lui a mis un genou au cou pendant plusieurs minutes. Sa mort a provoqué des protestations et des manifestations massives contre le racisme et la brutalité policière aux États-Unis et dans de nombreux autres pays.

La violence policière est la sixième cause de décès chez les jeunes d'origine africaine aux États-Unis. Selon une étude des universités du Michigan, de Rutgers et de Washington, les Afro-Américains ont 2,5 fois plus de chances de mourir aux mains de la police que les Blancs.
 │fr.Écrivain Politique - Revue de littérature politique internationale - Revista de literatura política internacional - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner