Chili sous le crime contre le peuple

│fr.Écrivain Politique│ABU FAISAL SERGIO TAPIA.- "Au Chili, un criminel est en liberté, tue les gens, kidnappe et torture, c'est M. le Président et ses mercenaires." Le peuple chilien vit la continuité du terrorisme d'État, l'architecture du modèle répressif militaire et policier du génocide d'Augusto Pinochet, représenté par le criminel Piñera, qui est le président qui assassine son propre peuple en toute impunité.


Un peuple qui en a assez dit, 30 ans au service de quelques-uns, qui sont les seigneurs de la mort, sont ceux qui tuent avec leurs marchés de valeurs et de finances pour l'élite, tuent avec la faim, tuent avec le privilège d'appartenir sélectivement à la santé, étranglent la vie des travailleurs, étudiants, retraités, femmes, jeunes gens avec tout ce qui est dignité humaine, un modèle fasciste dans la politique et économique qui ne s'approche de la répression, la mort, la torture et des crimes contre l'humanité.

Les droits de l'homme au Chili sont systématiquement violés, tous, l'eau en mains privées, la santé pour quelques-uns, l'éducation pour le privilège de l'élite, les pensions écrasées, les grèves de la faim tous les jours, 50% des ménages chiliens ne détiennent dans leurs mains que 2,1% de la richesse nette du pays, les 10% les plus riches concentrent 70% de la richesse.

Un gouvernement qui applique le couvre-feu comme une terreur contre la population, un président qui dit qu'il y a une guerre, un ennemi puissant, si une guerre pour exterminer le peuple, un ennemi puissant = le peuple dans la rue, une armée fasciste chilienne et ses forces de sécurité, le renseignement, les bourreaux du peuple, assoiffés du sang des jeunes, des martyrs fusillés, brûlés, jetés de leurs véhicules militaires dans la rue comme des chiens morts la nuit, tirant sur la population pour qu'elle ne quitte pas leurs maisons, kidnappant des jeunes à l'intérieur de leurs maisons à l'aube, dans le meilleur style que le régime d'occupation israélien applique à la population palestinienne en Cisjordanie Occupé.

Ils ne se soucient pas de tuer, torturer, violer, détruire la vie humaine, ils sont les criminels, les meurtriers, les fils du Boucher du Peuple chilien, du Génocide, qui leur ont appris à être des bêtes meurtrières contre leurs frères, ils sont les bâtards d'Augusto Pinochet, le génocide de l'humanité.

Le silence des médias de la grande capitale chilienne, de ses journalistes en fonction et de ses analystes qui désinforment, créent la confusion et le pire point sur les personnes affamées, battues, assassinées, qui font taire le témoignage des détenus enlevés par les forces du terrorisme d'Etat sur les humiliations criminelles contre les enfants, la torture et les violations contre la population.

Certes le président violateur des droits de l'homme, a demandé par la télévision le pardon, "si le pardon" de ce qui allait tuer la nation chilienne, qu'il n'y a pas moyen sans retour, ou la mort est imposée à la vie, ou le Chili de la démocratie du terrorisme peut être achevé, torture, violations, exécution à courte distance et des coups aux détenus, déjà avec 300 enfants et adolescents enlevés par les forces de sécurité, parce qu'ils ne sont pas des détentions, ce sont des enlèvements contre le peuple, propriétaire de la liberté, propriétaire de la vie, propriétaire de la dignité de leur sang versé et humilié.

Quelle est la valeur de la vie des martyrs chiliens pour la communauté internationale ? Y aura-t-il une punition pour les criminels militaires et le président de la mort ? Y aura-t-il des droits de l'homme pour le peuple chilien, ou seront-ils les droits de l'homme de la mort ?

Quel est le nombre de Chiliens tués, torturés et violés dont la communauté internationale a besoin dans son bureau de Genève, Londres, New York, pour agir, 18, 22, 45, 50, 100, 1000, ah certain j'ai oublié, nous ne sommes pas au Moyen-Orient, c'est un gouvernement criminel ami des chefs de guerre.

Mon frère martyr chilien qui tombe mort et est brûlé par les balles du criminel, est le même qui tombe tué au Yémen par l'Arabie Saoudite, est le même qui tombe tué en Palestine par l'occupation sioniste israélienne, est le même, rien de plus que maintenant tombe tué au Chili, mais est le même frère, mon frère, votre frère, tué par la même balle du criminel soutenu par les puissances hégémoniques de l'ouest, qui défendent les droits humains, ceux de mort dans ce XXI siècle.
"Le crime contre le peuple a un prix, les privilèges de l'oligarchie exploitante et de ses mercenaires, l'armée chilienne avec ses négociations et ses salaires de bons assassins engagés, payés avec la richesse du cuivre de la nation chilienne.

Le même gouvernement, le même crime, les mêmes meurtriers contre le peuple. Je demande la punition contre la mort de mes frères ! Je veux qu'ils soient jugés et punis, je ne veux pas d'eux dans leurs maisons tranquilles !

"Telle est notre mission en tant qu'hommes et femmes défenseurs des droits humains de nos peuples, notre hommage permanent à la mémoire de nos frères et sœurs martyrs tombés au Chili aujourd'hui, pour être la voix de ceux qui ne sont plus ici.

Abu Faisal Sergio Tapia, écrivain politique

 │fr.Écrivain Politique - Revue de littérature politique internationale - Revista de literatura política internacional - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner