Paris : la migration comme conséquence des conflits et des pillages

│fr.Écrivain Politique│PARIS.- Le Parti Communiste Français (PCF) a rappelé aujourd'hui dans une lettre ouverte au Président Emmanuel Macron que l'émigration vers ce pays et le reste de l'Europe est une conséquence des conflits et pillages imposés aux nations du Sud.

(EN) Monsieur le Président, si vous voulez parler d'émigration, parlons-en ! Parlons de ces familles qui quittent les pays où les richesses sont pillées et les États placés sous la tutelle des banques internationales et des dictateurs corrompus, et des infrastructures publiques vendues aux multinationales ", a déclaré le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel.

Selon le député, en abordant la question, il faut également tenir compte du fait qu'il s'agit d'êtres humains qui tentent d'échapper à des conflits dont la France est responsable dans le cadre de l'OTAN, notamment en Afghanistan, en Libye, en Syrie et au Yémen.

Comment pouvons-nous laisser mourir en Méditerranée des hommes, des femmes et des enfants qui fuient le chaos et les bombes, parfois nos bombes ?

Le député du PCF estime que Macron revient sur la question de l'émigration à des fins électorales, à moins de six mois des élections municipales prévues en mars 2020.

Selon Roussel, en raison de sa sensibilité, cette question ne doit pas se limiter à des campagnes qui divisent les citoyens et cherchent à imposer à l'opinion publique un débat avec comme seuls protagonistes l'officialisme et l'extrême droite.

La proposition est la suivante : au lieu de cela, parlons de coopération au développement et d'actions visant à ce que ces pays trouvent leur souveraineté sur leurs ressources et leur économie, a-t-il souligné.

En ce sens, il a exhorté le gouvernement français à adopter une position digne à l'égard de l'aide aux nations du Sud, que " vous avez privée de deux milliards d'euros en refusant d'étendre la taxe sur les transactions financières, de manière à ne pas affecter le monde de la finance ".

Le secrétaire national du PCF a déclaré que les migrants méritent d'être traités comme des frères et non d'être stigmatisés.

Les ennemis du peuple ne voyagent pas dans des bateaux fragiles, ils le font dans des jets privés et se moquent des frontières ; la pression sur les Etats n'est pas exercée par les migrants, mais par la finance, un capital avide de profits qui croît comme le cancer et ronge l'économie, les emplois et les droits des personnes, a-t-il dit.

Ces derniers jours, Macron a abordé la question de la migration avec des positions que les analystes qualifient de durcies, qu'ils considèrent comme un clin d'œil aux secteurs les plus conservateurs de France face à la nomination aux urnes.

La veille, lors d'un entretien avec Europa 1, après sa participation au débat de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies, le président avait appelé à une refondation de la politique migratoire de l'Union européenne (UE), avec des changements dans l'espace Schengen pour établir des règles communes sur l'asile.

Elle a également appelé à plus d'"efficacité" dans le retour dans leurs lieux d'origine de ceux qui ne sont pas "destinés à rester". │fr.Écrivain Politique - Revue de littérature politique internationale - Revista de literatura política internacional - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner