Jeremy Corbyn a déclaré que Boris Johnson est un premier ministre non élu

│fr.Écrivain Politique│Après le spectacle du rire et de la fumée, à l'ONU entre l'Iran et le Royaume-Uni, avec pleine fonction entre Rohani et Boris Johnson.

Jeremy Corbyn a déclaré que Boris Johnson est un premier ministre non élu et qu'il doit démissionner afin d'avoir une élection par laquelle la décision est rendue au peuple.

Le leader travailliste britannique Jeremy Corbyn a souligné lors de la conférence annuelle de son parti à Brighton (sud du Royaume-Uni) mardi que le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson "sera tenu responsable de ses actes" après la reprise des sessions du Parlement mercredi.

"Boris Johnson a enfreint la loi et doit démissionner (...) Johnson n'annulera plus jamais la démocratie : c'est un premier ministre non élu qui n'est pas fait pour ce poste," a déclaré Jeremy Corbyn.

"La décision de la Cour suprême montre que le premier ministre a mal agi en fermant le Parlement, ce qui démontre un mépris pour la démocratie et un abus de pouvoir de sa part", a déclaré M. Corbyn, soulignant que l'attitude de Johnson montre qu'il "a trompé le pays. 

À cet égard, le dirigeant travailliste a également demandé à Johnson de "reconsidérer sa position" en tant que chef du gouvernement après que la Cour suprême a déclaré "illégale" la suspension de l'Assemblée législative par Johnson, ce qui "a eu pour effet de frustrer ou d'empêcher le Parlement de remplir ses fonctions constitutionnelles.

Corbyn a également demandé à Johnson sa démission et l'annulation du Brexit dur afin d'avoir une élection pour un gouvernement qui respecte la démocratie, respecte l'état de droit et restaure le pouvoir au peuple.

"Cela ferait de lui le Premier ministre britannique avec le mandat le plus court de l'histoire, et à juste titre", a déclaré l'homme politique, dénonçant que le gouvernement Johnson "estime que les règles qu'il fixe pour tous ne s'appliquent pas à lui.

Avant la suspension parlementaire, Johnson a connu une rébellion parmi les députés conservateurs, a perdu la majorité absolue, a vu l'approbation d'une loi qui l'obligerait à demander un nouveau report de Brexit et a été refusé sa proposition pour des élections anticipées pour briser le blocus.

La suspension a provoqué une vague de manifestations et plusieurs procès qui ont conduit à des recours devant la Cour suprême pour déclarer la décision inconstitutionnelle.

M. Johnson insiste sur la sortie de son pays du bloc de l'UE avant la date limite du 31 octobre, avec ou sans accord, malgré le fait que l'économie britannique continue d'être menacée par une profonde récession due aux turbulences créées par Brexit.

│fr.Écrivain Politique - Revue de littérature politique internationale - Revista de literatura política internacional - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner