712 kilomètres de mur sur le Palestine

│fr.Écrivain Politique│ 15 ans après que la Cour internationale de Justice (CIJ) a qualifié d'"illégal" le mur de séparation qu'Israël construit dans les territoires palestiniens.


Les Israéliens appellent le mur de séparation une "barrière de sécurité", mais pour les Palestiniens, c'est le "mur de l'apartheid".

En 2002, Israël a commencé la construction d'une barrière dans les territoires occupés. Il a fait valoir qu'il s'agit d'une défense vitale contre l'infiltration par des agresseurs palestiniens. Cette mesure a été rejetée par les organisations internationales. Un jour comme aujourd'hui, en 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) a exhorté Israël à démolir le mur, qu'elle a qualifié d'"illégal".

Le Tribunal de La Haye a estimé que la construction du mur viole la Convention de Genève de 1949, qui défend les droits des civils en temps de guerre, et qu'une telle convention est applicable dans le conflit entre Israël et la Palestine.

Au moins 85 % du tracé prévu de 712 kilomètres de mur se trouve dans le territoire palestinien occupé. Cela affecte la capacité quotidienne des familles palestiniennes telles que celles de Hosam Yuma d'accéder à leurs terres, leurs écoles, leurs hôpitaux, ainsi qu'au reste de la population palestinienne, qui est également partiellement isolée de ces territoires et communautés.

Selon l'ONG palestinienne "Stop The Wall", une fois le mur achevé, Israël aura annexé 46 % de la Cisjordanie occupée en certains points, à trois mètres de profondeur et huit mètres de hauteur. La barrière isolera plus de 78 villages et communautés palestiniennes. Là-bas, 266 000 personnes y vivent, qui seront en fait emprisonnées dans leur propre maison. │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner