Vents de guerre, jeu dangereux contre Téhéran

│fr.Écrivain Politique│MOYEN-ORIENT.- Selon le sénateur américain Bernie Sanders, il serait illégal d'instrumentaliser des attaques contre des pétroliers dans la mer d'Oman pour faire la guerre à l'Iran.


"Les incidents en mer à Oman ne doivent pas servir de prétexte pour déclencher une guerre avec l'Iran ", a déclaré M. Sanders dans un message publié sur Twitter vendredi.

Le déclenchement d'une "guerre serait un désastre absolu" pour les Etats-Unis, l'Iran, la région et le monde. "Une attaque unilatérale des États-Unis contre l'Iran serait illégale et inconstitutionnelle ", a-t-il ajouté.

Hier, jeudi, deux pétroliers, dont un japonais, ont pris feu pour des raisons inconnues dans la mer d'Oman. Après l'épisode, le président et le secrétaire d'État américains, Donald Trump et Mike Pompeo, respectivement, ont déclaré que l'Iran avait perpétré les attentats, sans présenter de preuves pour corroborer les faits. Seul le Royaume-Uni a soutenu les accusations américaines.

Commandement central des États-Unis (Centcom) a publié une vidéo de piètre qualité dans laquelle elle tente de déformer la réalité en montrant les forces du Corps des gardiens de la révolution islamique (Gardiens de la révolution islamique (GRI) iraniens plaçant des explosifs sur un des navires, mais l'enregistrement n'a pas atteint son but prévu.

Yukata Katada, présidente de la compagnie maritime japonaise Kokuka Sangyo, a assuré ce vendredi que l'équipage du pétrolier attaqué dans la mer d'Oman a déclaré que son navire n'avait été touché par aucune torpille ou mine maritime, soulignant la fausseté de la vidéo du Centcom.

Réactions internationales aux accusations des États-Unis contre l'Iran

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas estime que la vidéo "ne suffit pas" pour prouver la culpabilité de l'Iran.

Pour sa part, Nathalie Tocci, conseillère de Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), affirme qu'"avant de blâmer quelqu'un", en l'occurrence les Iraniens, "il faut des preuves crédibles", selon The New York Times.

La Russie a également mis en garde contre les conséquences d'accuser Téhéran des incendies navals dans la mer d'Oman.

Les analystes lient ce qui est arrivé à la "barrabasada" américaine. dans la région au milieu de la première visite d'un premier ministre japonais en Iran depuis plus de 40 ans : "Des attaques auraient été perpétrées contre des pétroliers liés au Japon alors que le premier ministre japonais Shinzo Abe rencontrait l'ayatollah (Seyed Ali) Khamenei (leader de la révolution islamique en Iran) pour des entretiens larges et amicaux", a déclaré le chancelier Mohamad Yavad Zarif, ironisant par la suite un propos hautement "suspect.
 │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner