Téhéran ne cherche pas le conflit

│fr.Écrivain Politique│L'Iran déclare aux Nations Unies qu'il ne cherche pas le conflit, mais qu'il répondra aux actes hostiles commis contre lui.


L'ambassadeur de l'Iran auprès des Nations Unies, Mayid Tajt Ravanchi, a averti que Téhéran résiste à tout acte hostile et a appelé la communauté internationale à mettre un terme aux actes de déstabilisation des États-Unis.

"Bien que la République islamique d'Iran ne veuille pas de guerres, elle se réserve le droit inhérent, en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations Unies, de prendre toutes les mesures nécessaires contre tout acte hostile qui viole son territoire et elle est déterminée à défendre vigoureusement sa terre, sa mer et son espace aérien ", peut-on lire dans une lettre envoyée par l'Iran au Secrétaire général des Nations Unies António Guterres et au Conseil de sécurité.

De même, le diplomate iranien décrit l'intrusion d'un drone américain dans l'espace aérien iranien comme une "violation flagrante" du droit international, et condamne l'attitude "irresponsable" de Washington.

Enfin, la lettre rappelle que ce n'est pas la première fois que les Etats-Unis procèdent à de telles provocations et prévient que ce type de mesure de Washington alimente les tensions dans et autour du golfe Persique, qui est déjà très élevé.

La division aérospatiale du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de l'Iran a rapporté l'abattage dans les premières heures de ce jeudi matin (heure locale), disant qu'elle avait abattu un drone espion Global Hawk RQ-4 des États-Unis survolant la province d'Hormozgan, au sud du pays.

L'invasion du ciel persique par le drone américain s'est produite à des moments de forte tension dans le golfe Persique. Depuis sa sortie unilatérale de l'accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et le Groupe 5+1 - composé alors des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de la Russie, de la Chine et de l'Allemagne -, Washington exerce une pression croissante sur l'Iran, lui impose divers embargos et renforce sa présence militaire au Moyen-Orient.

Les autorités persanes ont à plusieurs reprises minimisé la rhétorique belliciste américaine, qu'elles considèrent comme faisant partie d'une "guerre psychologique" ; elles soulignent cependant que leurs troupes sont prêtes à donner une "réponse énergique en un temps record" à toute agression militaire étrangère éventuelle.

"Nos frontières sont notre ligne rouge et nous réagirons avec force à toute agression ", a averti le commandant en chef du CGRI, le major-général Hosein Salami.



│fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Donation Annuelle journal fr.Écrivain Politique

DONACION ANUAL

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner