Salman mensonges et répression dans le royaume

│fr.Écrivain Politique│POLITIQUE.- La prétendue campagne anti-extrémisme menée par le prince héritier saoudien Muhamad bin Salman n'est rien de plus qu'une grande farce, affirment deux experts.



Les journalistes Ola Salem et Abdullah Alaoudh décrivent la campagne contre l'extrémisme et les réformes entreprises par le jeune dirigeant saoudien comme une "grande farce" dans un article publié jeudi dans le magazine américain Foreign Policy, et mettent en garde contre le fait que Bin Salman ne fait que réprimer ses détracteurs.

Dans cet article, les politologues rappellent qu'à son arrivée au pouvoir, le prince héritier saoudien a annoncé le début d'une campagne de réforme pour mettre fin à l'extrémisme endémique en Arabie saoudite, ce qui n'a pas été fait, car MbS (alias de Bin Salman) n'a fait que jeter ses opposants et ceux qui exigent plus de libertés.

Selon les journalistes, les actions de Bin Salman, contrairement à ce qu'il prétend, ont affaibli les réformateurs en Arabie saoudite et donné carte blanche aux extrémistes et aux ultraconservateurs, qui propagent les idéologies salafistes et wahhabites, suivies par des groupes terroristes comme Al-Qaeda et EIIL (Daesh, en arabe).

"Elle attaque les détracteurs et affaiblit les modérés, qui ont historiquement fait face au terrorisme, tout en renforçant les clercs extrémistes qui donnent une légitimité à leur campagne de répression. Cette politique réduit temporairement au silence les détracteurs, mais crée un environnement dans lequel l'extrémisme pourrait se développer ", avertissent-ils.

Enfin, Salem et Alaoudh rappellent que depuis l'arrivée au pouvoir de MbS, nombre de ceux qui critiquent le Saoud et les autorités ont été condamnés à mort ou à de longues peines de prison à l'issue de procès secrets où, disent-ils, il y a un manque dangereux de preuves et les accusés n'ont pas les moyens de se défendre.

Les Nations Unies (ONU) et les Monténégés comme Human Rights Watch (HRW) ont dénoncé à plusieurs reprises l'intensification de la répression, de l'arrestation et de l'emprisonnement de militants par le régime de Riyad, qui soumet les détenus à des tortures brutales, notamment des agressions sexuelles.

la lumière de cette situation, des groupes de défense des droits humains ont demandé à l'Arabie saoudite de permettre à des enquêteurs indépendants de surveiller les prisons saoudiennes et de rencontrer les détenus, une demande ignorée par Al Saud.

Le 7 mars, dans un geste sans précédent, 36 pays du monde entier ont condamné devant le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDH) la situation dramatique des droits de l'homme en Arabie saoudite.

 │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner