La France critique le plan du siècle de Trump

│fr.Écrivain Politique│PARIS.- La France critique le soi-disant " accord du siècle " promu par le président des Etats-Unis, Donald Trump, et assure qu'il ne parviendra à satisfaire aucune des parties.


"C'est une approche qui ne peut donner la sérénité" et qui ne satisfera aucune des parties, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans un discours prononcé samedi lors de sa visite au Maroc.

De même, il a déclaré qu'il est impossible de parvenir à une paix durable avec le pacte que l'administration Trump a préparé - dont le texte n'a pas encore été officiellement publié - et a exhorté Washington à rechercher une autre alternative.

Il a également réitéré l'opposition de l'Union européenne (UE) à la décision des Etats-Unis de reconnaître la ville palestinienne d'Al-Qods (Jérusalem) comme capitale du régime israélien et a assuré que l'Europe ne suivrait pas Washington dans cette mesure.

Auparavant, un autre diplomate français de premier plan, l'ambassadeur des Etats-Unis aux Etats-Unis, Gérard Araud, avait décrit le plan américain comme "un accord voué à l'échec" et avait assuré qu'il y avait 99% de chances qu'il échoue.

En outre, dans des déclarations qui ont extrêmement mis les autorités israéliennes en colère, il a assuré qu'avec la réalisation de ce pacte, Israël deviendrait effectivement " un Etat d'apartheid " bien qu'il ait reconnu que pour le moment Israël se comporte et a les caractéristiques d'un régime d'apartheid.

Outre le rejet généralisé de la communauté internationale, les autorités palestiniennes ont également rejeté le plan "honteux" pro-israélien des Etats-Unis, connu sous le nom d'"accord du siècle", qu'elles dénoncent comme violant le droit international et excluent la possibilité de résoudre le problème posé par l'occupation de la Palestine par Israël.

Diverses sources ont révélé que, parmi d'autres mesures pro-sionistes, le plan proposé par l'administration du président américain nie le droit au retour des réfugiés palestiniens expulsés après la création du régime israélien, limite l'accès des musulmans palestiniens à la mosquée Al-Aqsa et accorde à Israël la majorité de la zone C fertile de la Cisjordanie.

En outre, les Palestiniens rejettent catégoriquement Washington en tant que médiateur, car ils considèrent que Trump n'est pas partial : il est ouvertement incliné vers les Israéliens comme en témoigne le fait qu'il a reconnu Al-Qods comme capitale israélienne et a déplacé son ambassade dans cette ville palestinienne, malgré le rejet et les avertissements au niveau international.


│fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner