Sous le ciel du génocide rwandais

│fr.Écrivain Politique│ ABU FAISAL SERGIO TAPIA.- Cet article est le résultat d'une invitation de la délégation des Nations Unies à écrire sur la "Réflexion sur le génocide" commise au Rwanda en 1994, où les puissances coloniales européennes sont les coupables historiques de cette haine ethnique dans le monde. cœur de l’Afrique, pour diviser et voler les richesses et les ressources des nations du continent, en créant des guerres internes, le chaos, des criminels et des victimes, et en faisant des meurtres aux yeux du premier monde, qui laisse des centaines de familles à leur sort. Un génocide total, où par exemple les casques bleus belges des Nations Unies au Rwanda fuient, condamnant à mort les Rwandais, où tout le monde savait que le génocide était imminent, les Nations Unies, la Belgique, la France, les États-Unis ... tout en silence ... qui s'en soucie la mort d'enfants africains, au point de machettes?


"Avez-vous déjà tué un Tutsi?" C'était un slogan entendu à plusieurs reprises pendant environ 100 jours, entre le 7 avril et juillet 1994, lorsque le génocide au Rwanda a été accompli.


C’est pourquoi le 7 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la réflexion sur le génocide commis au Rwanda, en hommage aux 300 000 enfants rwandais et à 700 000 autres personnes assassinées dans ce pays d’Afrique.


Le massacre a commencé le 7 avril 1994, un jour après qu'un avion transportant les présidents du Rwanda et du Burundi ait été abattu par un missile alors qu'il s'apprêtait à atterrir à Kigali, la capitale rwandaise.


Cet assassinat systématique d'hommes, de femmes et d'enfants a été perpétré sous les yeux et avec la patience de la communauté internationale. Des atrocités non identifiées ont été commises, auxquelles ont participé non seulement les milices paramilitaires et les forces armées, mais également des civils qui ont attaqué d'autres civils.


Le génocide a été organisé en détail par de hauts responsables du gouvernement et des dirigeants du parti au pouvoir, entre autres. Divers médias prônant la haine ont également contribué à la reconnaissance et à la participation au massacre. En conséquence, les principaux assassins n'étaient pas des foules sans visage, mais des individus faciles à identifier, qui pouvaient être traduits en justice pour avoir combattu l'impunité pour leurs crimes contre l'humanité et leur génocide.


Selon la résolution 58/234 de l'Assemblée générale des Nations Unies, la Journée internationale de réflexion sur le génocide commis au Rwanda est l'occasion de rappeler que les voies de la violence, de la haine et de la mort génèrent d'immenses douleurs et blessures l'avenir et le présent de notre société, surtout dans l'enfance.


Un peu d'histoire


Au cours des dernières décennies, il y a eu de violents affrontements internes au Rwanda, notamment les affrontements les plus visibles entre Tutsis et Hutus.



La population rwandaise est composée des Hutu, qui constituent la majorité (85% de la population) et des Tutsis, qui constituent une minorité (15% de la population) et parlent tous une langue commune, le kinya rwanda.



Au fil des ans, les uns et les autres ont créé leurs propres organisations politiques et armées, mais le massacre a été commis contre les Tutsi par les Hutus radicaux.



Cependant, la ligne de partage ethnique - traditionnellement traversée par des amitiés et des mariages - n’a pas été la seule. En fait, lors du génocide de 1994, tant les Tutsis que les Hutus modérés, qui n'étaient que des opposants au pouvoir, sont morts pour des raisons politiques.



En octobre 1990, des exilés rwandais opposés au régime du président hutu Juvénal Habyarimana, organisé au sein du Front patriotique rwandais (FPR), ont envahi le Rwanda avec le soutien de l’Ouganda et ont déclenché une guerre civile pour renverser le régime.



Mais depuis 1991, le régime Habyarimana a intensifié la répression de la population dans une guerre de faible intensité visant à mettre fin à la rébellion, en utilisant le racisme comme axe central et en provoquant et en recouvrant les massacres massifs de Tutsi.


Les tueries ont été perpétrées par des groupes paramilitaires, principalement les Interahamwe et les Impuzamugbi, des groupes initialement organisés dans le secteur de la jeunesse des partis politiques Hutu.


Le projet génocidaire a été lancé comme alternative à la mise en œuvre d'un plan de paix international promu par plusieurs pays africains (Accords d'Arusha - République de Tanzanie) et prévoyant que les Hutus et les Tutsis se partagent le pouvoir politique.


Le gouvernement de Habyarimana a pris une première étape dans ce projet en réintroduisant les cartes d'identité ethnique pour indiquer qui était tutsi. Les paramilitaires ont commencé à fermer des routes et à contrôler chaque personne qui passait. Avec les cartes, ils ont pu facilement choisir leurs victimes et les éliminer.


Le gouvernement a également créé des listes de personnes de la population tutsie qui devraient être tuées. Ils comprenaient notamment des partisans de la transition politique, des opposants politiques et des personnes impliquées dans le mouvement des droits de l'homme, entre autres. Certains Hutus enclins à se réformer ont même été condamnés à mort.

 Le 7 avril, un missile d'origine inconnue, mais peut-être tiré par des Hutu radicaux, a détruit l'avion présidentiel à son retour d'Arusha, en Tanzanie. Le génocide a commencé, il n'y a presque pas d'images, et la guerre a repris.

L'armée hutu et ses milices paramilitaires ont organisé une revanche: un massacre à la machette et des massacres sans témoins de médias étrangers, auxquels il était interdit d'entrer.

Je ne sais probablement jamais combien de morts ont provoqué le génocide de 1994, alors qu'il est estimé entre 800 000 et un million de victimes. S'il y en avait 800 000, cela équivaudrait à 11% de la population rwandaise et aux 4/5 des Tutsis qui vivaient dans le pays (si l'on compte les Tutsi du Burundi et les pays voisins partis en exil).

Enfance, principale victime

Alors que le monde se souvient du nouvel anniversaire du génocide au Rwanda, les enfants du pays continuent de subir les effets dévastateurs de ce conflit brutal.

À la fin du génocide, sur 800 000 victimes, 300 000 étaient des mineurs, dont 95 000 étaient des orphelins, soit le plus grand nombre d’orphelins au monde. Ils ont perdu leurs parents pour différentes raisons: beaucoup ont été tués pendant le génocide, d'autres sont morts du VIH / sida et d'autres sont en prison pour des crimes liés au génocide.

Pratiquement tous les enfants au Rwanda ont été témoins de l'horreur. Des milliers de mineurs ont été victimes de brutalités et de viols et d'autres, dont certains âgés de sept ans à peine, ont été forcés de participer à des opérations militaires et de commettre des actes de violence contre leur volonté.

Quatorze ans plus tard, les enfants rwandais continuent de subir les conséquences d'un conflit créé exclusivement par des adultes. Aujourd'hui, on estime qu'environ 101 000 enfants sont à la tête de 42 000 foyers.

De nombreux enfants des groupes ethniques Tutsi et Hutu sont porteurs de générations de violence, de mort et d'horreur, mais ils sont néanmoins aujourd'hui sur le chemin de l'espoir, du chemin des rencontres sans discrimination ni haine, ce qui était impossible pour beaucoup de leurs parents.

La violence a montré la nécessité d'enseigner aux enfants à résoudre leurs conflits pacifiquement, à faire preuve de tolérance et à promouvoir eux-mêmes une société où règnent la paix, le respect des droits de l'homme, l'unité et la réconciliation. Ce n’était pas une tâche facile, mais il était clair que la reconstruction avec des enfants devait être lancée pour la construction d’une société et d’une culture de la paix, sans nouvelles guerres.

Cette expérience douloureuse de l'enfance au Rwanda a laissé une leçon pour tous les conflits du monde: qu'il ne peut y avoir d'enfants à la guerre car les conséquences ne sont pas seulement immédiates, mais de générations entières.

Le rôle des médias

Par le biais de la radio privée "Des Mille Collines", la propagande raciste et génocidaire contre les Tutsis s'est propagée en toute impunité, ce qui témoigne du rôle de la radio au Rwanda et de la communication en général dans tout le pays.

Face au faible développement des journaux et à la faible pénétration de la télévision, la radio a joué un rôle de premier plan. Dans son programme quotidien, cette station de radio a encouragé les Hutu à veiller à ce que les enfants tutsis soient également tués et à remplir les tombes creusées pour enterrer les Tutsis.

La radio a également lancé une campagne contre le FPR et tous les partis de l'opposition avec des slogans répétés, tels que "Avez-vous tué un Tutsi?"

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda, constitué en 1995 à Arusha, a dicté certaines décisions historiques. Par exemple, en décembre 2003, le Tribunal a déclaré trois directeurs de médias rwandais coupables de génocide pour leur rôle dans l'incitation au meurtre. Non seulement ils avaient attisé la haine ethnique, mais ils avaient également indiqué que les victimes seraient éliminées. La Cour a déclaré: "Le pouvoir des médias de créer et de détruire des valeurs humaines implique une grande responsabilité ... Les personnes qui contrôlent les médias sont responsables des conséquences de leurs actes."

25 ans après le génocide rwandais de 1994, l'ONU a échoué, en tant qu'organisation de protection des peuples, et l'humanité débat moralement de son destin, face à de nouveaux massacres et à des crimes sur des voix innocentes qui retombent à nouveau dans l'ombre de l'impunité du criminel et le silence complice des puissances hégémoniques.

Par Abu Faisal Sergio Tapia, écrivain politique francophone, article mis à jour signé en tant que présidente internationale avec Sara Bermudez, photographe internationale et secrétaire générale de la Mission diplomatique internationale humaine RWANDA 1994, d'Argentine et de Colombie, respectivement, publiée le 7 avril 2008. pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Bogotá, Colombie.
 │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner