La Russie maintiendra une présence militaire active à Idlib, en Syrie

│fr.Écrivain Politique│MOYEN-ORIENT.-  Le président russe Vladimir Poutine assure qu'il maintiendra un contingent militaire actif dans la province syrienne d'Idlib pour combattre les terroristes.


"Nous devons continuer à combattre les terroristes, dont la plupart sont basés dans la région d'Idlib ", a déclaré M. Poutine samedi lors d'une conférence de presse depuis Pékin, la capitale chinoise, où il est en visite officielle, confirmant qu'il maintiendra ses troupes en Syrie.

Le président russe a averti les groupes armés et les factions radicales que s'ils continuent à violer le cessez-le-feu avec leurs offensives dans les zones de détente de la province d'Idlib (nord-ouest de la Syrie), " ils subiront des représailles. Cependant, la réponse militaire " n'est pas appropriée " pour le moment en raison du risque qu'elle comporte pour la population civile.

Malgré cela, le chef de l'Etat russe a donné le feu vert à une éventuelle offensive contre Idlib, arguant que le gouvernement et l'armée syrienne décident de toute opération militaire et que Moscou ne fournit que son soutien aérien.

Le Président russe a également accusé l'opposition syrienne d'entraver l'élaboration de la nouvelle Constitution syrienne. "L'opposition reporte la formation de la commission constitutionnelle, pas le président Bachar al-Asad. Nous devrons continuer à négocier avec l'opposition au sujet des membres du comité, dit-il.

Idlib est dans les griffes des gangs rebelles et des extrémistes de type Al-Qaida depuis 2015. En fait, les membres de divers groupes armés qui ont refusé de se rendre à la suite des opérations de l'armée syrienne à Alep (nord), Homs (centre), Guta Oriental (est de la capitale) et Daraa (sud) ont été évacués dans cette province en vertu d'accords de réconciliation.

Depuis le sud d'Idlib, le dernier bastion terroriste organisé en Syrie, des attaques continues sont lancées contre les positions des forces armées syriennes, auxquelles le Gouvernement répond par des bombardements limités.

Les attentats terroristes ont lieu en dépit du pacte conclu entre la Turquie et la Russie le 17 septembre dernier sur la création d'une zone démilitarisée de 15 à 20 kilomètres de large qui sépare les positions de l'armée syrienne de la zone contrôlée par l'opposition armée soutenue par la Turquie.

L'accord mettait en suspens l'offensive annoncée de Damas contre Idlib. Toutefois, le Gouvernement a déployé un grand nombre de forces et d'équipements militaires à proximité de la province d'Idlib en prévision d'une offensive qui "éradique le terrorisme".

Traduit avec www.DeepL.com/Translator │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Donation Annuelle journal fr.Écrivain Politique

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner