La gauche en totale victoire en Espagne

│fr.Écrivain Politique│EUROPE.- Les quatorze élections générales qui se sont tenues en Espagne depuis le régime franquiste laissent un Congrès des députés encore plus fragmenté que celui de 2016.


Pour la deuxième fois avec la Constitution actuelle, les urnes en Espagne ont quitté une Chambre basse où le parti le plus voté, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez, avec ses 123 sièges, est à 53 de la majorité des trois cent cinquante.

Si en 2015 le Parti Populaire (PP) a déjà remporté les élections avec 123 députés, à cette occasion, quatre partis ont obtenu des résultats supérieurs à 10%, totalisant 295 sièges, alors que lors des élections de ce dimanche les formations au-dessus de ce seuil ont été cinq (avec un total de 305 sièges).

La fracture du système bipartite qui prévalait à Madrid jusqu'en 2011 - soutenu parfois par différents partis régionaux - s'est accentuée avec l'irruption dans le paysage politique du parti de droite Vox, qui a divisé le vote conservateur en trois partis, entraînant notamment un effondrement grave du PP, qui a perdu plus de la moitié de ses sièges (de 137 à 66).

Le secrétaire général du Parti Vert, Javier Ortega Smith, a triomphalement anticipé dans son discours post-vote une stratégie visant à faire pression sur le PP et les citoyens pour qu'ils se "représentent" eux-mêmes, en particulier sur des questions comme l'immigration, le féminisme et la fiscalité.
Dans le scénario créé, le PSOE pourrait théoriquement essayer d'ajouter ses 123 représentants aux 57 de Ciudadanos, présidés par Albert Rivera, pour former un gouvernement en première instance, bien que le parti orange ait déclaré qu'il ne ferait pas de pacte avec Pedro Sánchez. Ce même dimanche, Sanchez a été reçu par ses partisans après les élections avec le cri "Pas avec Rivera ! Pas avec Rivera ! Pas avec Rivera !

La deuxième option des socialistes serait d'essayer d'atteindre 176 sièges au Congrès en s'assurant le soutien de l'Union des forces unies - qui est passée de 45 à 35 sièges - et des forces alliées. Cette somme, 165, manquerait 11 pour atteindre la majorité, ce qui nécessiterait le soutien des nationalistes conservateurs basques et de plusieurs autres petits partis.

Si Sánchez ne surmonte pas un premier vote d'investiture, il lui suffirait que dans le second, le nombre de députés opposés à son accès à la Présidence du Gouvernement soit inférieur à celui des partisans.


Traduit avec www.DeepL.com/Translator │fr.Écrivain Politique - Journal d'actualité politique internationale - Tout sur l'actualité politique, économique et culturelle. - Global Intellectual Property Registry Nº:1 811179 073370. All rights reserved ©2018│
Share on Google Plus

About Editor

Donation Annuelle journal fr.Écrivain Politique

Abonnement gratuit par email:

Delivered by FeedBurner